29
mar

Interview de notre illustratrice préférée, Charlotte Gastaut

Rencontre avec une illustratrice pour enfants

Où l'on passe un moment intense avec l'une de nos illustratrices favorites, que nos enfants ont plaisir à lire et relire, calfeutrés sous la couette, remplis d'un imaginaire visuel luxuriant, entêtant. En parcourant les œuvres de Charlotte Gastaut, nos petits Charles et Lou s'endorment sur les images foisonnantes de cette artiste imprégnée de culture scandinave et orientale.

Cette Française est l'auteur du Grand Voyage de Mademoiselle Prudence que nous avons beaucoup aimé pour sa justesse et le message de liberté insufflé à l'enfant. Nous lui trouvons des correspondances avec le conte d'Andersen, Poucette, que Charlotte Gastaut vient d'illustrer. Elle illustre depuis plus de dix ans les classiques de la littérature jeunesse. Pour la sortie de Poucette, édité chez Père Castor (Flammarion), nous ne voulions pas passer à côté de cette belle rencontre et nous avions envie de mettre les deux denriers ouvrages en parallèle, ce que l'auteure a accepté.


livre, enfance, conte, Andersen, voyage- Votre livre Poucette est dédicacé à votre fille Violette. Avez-vous instauré des rituels de lecture avec elle ?
Avec mes deux filles ! Depuis qu’elles sont toutes petites, je leur lis un livre tous les soirs. Maintenant qu’elles sont à l’école,  je continue à leur lire un livre chaque soir. Prudence apprend à lire (c’est l’aînée, à qui est dédicacé le Voyage de Mademoiselle Prudence), même si elle apprend à lire. Elle veut que ce soit moi qui lui lise, c’est un moment où on est calme. Mon père me lisait Les mille et une Nuits, Andersen, les grands contes…

conte, Andersen, voyage, inititatique- Ces contes de votre enfance, que vous avez presque tous illustrés…

Oui, lire ces histoires m’a amenée à devenir illustratrice. J’ai toujours voulu faire du dessin. Je ne pensais pas que je pourrais en faire mon métier. Mais je venais d’un milieu assez bourgeois. Mon père disait “fais du graphisme” en pensant qu’il y avait un métier à la clef. La chose qui m’a fait grandir toute ma vie, ce sont les histoires. J’ai donc étudié le graphisme (rires)… et à la fin de mes études je me suis rendue compte que le graphisme ne me correspondait pas du tout. Je ne pouvais pas faire autre chose qu’illustrer.

- Quel(s) livre(s), mis à part les vôtres, offririez-vous à un enfant ?
L’œuvre de Kitty Krowther (voir par exemple son Annie du lac). Elle est tout ce que j’aime ! On a toutes les deux une famille suédoise, des points communs dans notre vie. Elle n’est que liberté. J’aimerais avoir sa liberté. Elle est auteur et illustrateur, pour moi, son œuvre est parfaite ! Ses dessins, cette liberté, cette intelligence. Ce sont ses livres que j’offre.

- Le Grand voyage de Mademoiselle Prudence, c’est votre premier ouvrage comme auteure et illustratrice… Vous aimeriez recommencer l’expérience ?
J’aimerais. Là, je digère Prudence, on verra si j’arrive à faire autre chose. Je suis fière comme un paon de l’avoir fait mais… je ne sais pas quand j’aurai retrouvé de quoi faire un autre livre. C’est un accouchement !

- Prudence est liée à votre fille ?
Tout à fait. Je ne sais pas quand j’aurai retrouvé de quoi faire un autre livre. Prudence c’est le livre de ma fille. Elle a 7 ans. Il fallait que je trouve un thème, une histoire. A un moment, j’ai  eu peur d’avoir trop exigé de Prudence quand elle était petite…  en voyant mes deux filles, j’avais peur d’avoir voulu qu’elles soient trop parfaites. A Prudence, je voulais lui dire “tu as raison de t’évader, de rester dans ta chambre pendant des heures”…

classique, conte, magie, initiation- Il y a un lien entre vos deux derniers livres : Prudence fait un voyage intérieur, et Poucette un voyage initiatique…

C’est deux quêtes de liberté, c’est deux voyages, deux libertés, deux petites filles à qui on a enlevé quelque chose. Poucette, on lui enlève sa mère, sa vie de petite fille, on la met dans un univers qu’elle ne connaît pas et elle va réussir malgré toutes les embûches…
Prudence, c’est aussi ça : c’est un moment dans la vie d’une enfant où elle peut avoir envie de dire “stop, laissez-moi vivre ma vie”. Ces deux livres se ressemblent.

- Poucette prolonge Prudence…
Oui, exactement.

En résumé : on aime aussi le blog de Charlotte Gastaut!

Poucettede Charlotte Gastaut, Andersen, mars 2011, Père Castor-Flammarion, 12,35€ sur Amazon.fr.
Le grand voyage de mademoiselle Prudencede Charlotte Gastaut, octobre 2010, Père Castor-Flammarion, 17,10€ sur Amazon.fr.


Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

14:07 Écrit par V. N et D. B dans Activité, Livres | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : conte, andersen, initiatique, illustration, imaginaire

16
déc

Éloïse, l’enfant terrible du Plaza

Couverture de l'édition originale, 1955Sacrée fillette !

Le soir venu, quand notre fille (4 ans) s’écrie Éloïïse !, aussitôt son grand frère la rejoint sous l’édredon, l’oreille tendue, les mains sur les cuisses. Là, ils savent que nous lirons le livre le plus précieux de la bibliothèque…Une version originale publiée en 1955. A force de répéter le monologue de cette fillette américaine (en jouant sur la traduction improvisée à haute voix) on pensait qu’ils se lasseraient, or chaque fois leur gorge se déploie et rit aux éclats devant les postures de la demoiselle. C’est qu’il y a quelque chose de magique, d’effronté et de léger chez cette enfant gâtée !  

 

Un classique de la littérature jeunesse

Elle a pourtant plus de 50 ans, cette gamine qui vit au Plaza ! Comme le disait sa maman de plume, l'auteure Kay Thompson, I think there is a little bit of Eloise in everybody. Un peu d’Éloïse en chacun de nous… un brin de folie, de liberté, une envie d'envoyer un coup de pied aux vieilles rombières. Plus que les facéties d’une petite fille de 6 ans, Éloïse énumère les bêtises qu’on aimerait oser dans un lieu de prestige…

 

Maître à bord du Plaza

Éduquéepar Nanny, un clone de Mary Poppins, la fillette use de stratagèmes pour défier les longues journées passées sans sa mère – qui voyage et connaît le directeur - et se crée un univers facétieux. Car Éloïse connaît les moindres recoins de l’hôtel, et s’amuse tout autant dans la salle de bain que dans la salle de bal, avec les clients de l’hôtel que les employés, mettant en scène poupées cabossées, tortue en laisse, chien grassouillet (photo) et visiteurs affolés d’ascenseurs old style (assurément la page la plus drôle du livre, qui se déplie à la verticale). Ou comment l’imaginaire enfantin prend le dessus sur le manque dont on ne parle pas, les parents absents.

 

Le trait d’Hilary Knight

L’élégance propre aux gestes de l’enfance, la liberté du petit corps potelé et désinvolte, le visage expressif et multiple d’Éloïse, sont nées du crayon de Mister Knight, un dessinateur in love with Eloise. Quelques aplats noir et rouge suffisent à camper l’atmosphère désuète de cet hôtel de New York où le moindre événement semble contrôlé au moindre détail, avant que la petite ne vienne y mettre son grain de sel.  

 

Plus d'infos sur la série

Éloïse, de Kay Thompson et Hilary Knight, édition originale en anglais, Simon and Schutser, New York, 1955.

La version française d’Éloïse est éditée chez Gallimard et comprend une série d’aventures, dans lesquelles la petite voyage à Paris (Eloïse à Paris) ou à Moscou (Eloïse à Moscou) et fête aussi Noël (Eloïse à Noël)...

Enfin, un film en anglais existe également (voir sur ce site d'amateurs tenu par des passionnés de Disney).

Lire aussi notre interview d'une Eloïse réïcarnée et devenue grande, l'auteure de BD Margaux Motin, interviewée pour le site féminin Skynet Lili.

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

15:15 Écrit par V. N et D. B dans Hôtel, Livres | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : classique, coup de coeur, humour, illustration, livre jeunesse, plaza hotel

02
nov

"Le grand voyage de Mademoiselle Prudence" de Charlotte Gastaut

Prudence, tu es prête ?

La petite fille ne répond pas aux appels de sa mère... Prudence, il faut partir !

Prudence devrait ranger sa chambre avant de sortir, mais elle préfère rêver à d'autres mondes...

Au fil des pages de cet album éblouissant, la petite fille voltige de nuage en nuage, d’arbre en arbre, s’envole à l'aide de ballons multicolores, se pose sur une branche luxuriante en croquant une cerise, plonge dans les abysses mystérieuses. Son petit oiseau rose n'est jamais loin, caché dans le touffu feuillage, complice de ses aventures réjouissantes à la rencontre de sirènes ou d'éléphants géants.

Quelle merveille de voyager dans un livre ! Le grand voyage de Mademoiselle Prudence permet aux enfants, en quelques minutes, d’exaucer leurs vœux les plus fous.

Dessin de Charlotte Gastaut

 

Truffé de surprises visuelles, cet album broché signé Charlotte Gastaut joue sur les découpes et les transparences, la profusion de détails oniriques et raffinés. Un album pour voyager autrement, rêver et s'évader d'un monde à l'autre. A conseiller aux petits voyageurs, dès 4 ans.

Le grand voyage de mademoiselle Prudence de Charlotte Gastaut, éditions Père Castor, Flammarion, octobre 2010, 56 pages, 18 €.

 

Dessin de Charlotte Gastaut

 

Mise à jour:
Nous avons interviewé Charlotte Gastaut en mars 2011, lors de la sortie de son album Poucette, qui ressemble à Prudence. Lisez l'interview ici !

Et si vous aimez le style luxuriant et poétique de Charlotte Gastaut, faites un saut sur son blog, ici ! On est FAN !

En résumé :
coup de coeur,dessin,illustration,imaginaire,initiatiquecoup de coeur,dessin,illustration,imaginaire,initiatique

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

12:39 Écrit par V. N et D. B dans Activité, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coup de coeur, dessin, illustration, imaginaire, initiatique