17
jui

Le Merlet, un coin de paradis en Lozère

Notre adresse préférée des Cévennes !

En 1979, Philippe et Catherine Galzin découvrent Le Merlet et entreprennent la restauration de ce hameau du 15e siècle abandonné depuis cinquante ans. Leur ferme en granite et lauze, magnifiquement restaurée, est accrochée sur une montagne, au carrefour des Cévennes et du Mont Lozère au cœur du parc national des Cévennes. On peut dire que la vue y est somptueuse et que l'on s'y sent bien.

éco-tourisme,locavorisme,terroir,montagne,nature,ferme,camping,chambre d'hôte,coup de coeur,mielLoger
C'est un lieu où il faut rester plusieurs jours et prendre le rythme de la vallée. Nos enfants adorent courir dans le jardin autour de la ferme, accompagner Cathou au potager, ou suivre les gestes de Philippe qui récolte son miel. Nous y retournons régulièrement avec cousins et grands-parents, en prévoyant de bonnes chaussures, car c’est un excellent point de départ de randonnées vers les hauts plateaux. Il est aussi possible d'y héberger des ânes, si vous suivez les chemins de Stevenson. Très chouettes gîtes ruraux (à p. de 565 €/semaine en haute saison) pratiques pour les familles nombreuses, ou en chambres d’hôtes.

Une table locavore
Rien que du terroir, du local, du frais ! Soupe aux potirons, terrine de campagne au genièvre, sauté d'agneaux et ses patates, tourte aux blettes, saucisses maison, fondant au chocolat, tarte aux abricots, glace au miel de châtaigne… Prix par adulte : 23€. Enfants : 11€. On ne va pas se ruiner ;-)

chambre d'hôtes,table d'hôtes,gites,éco-tourisme,locavorisme,terroir,montagne,nature,ferme,camping,chambre d'hôte,coup de coeur,miel,tourisme durable,montagne,cévennes,mont lozère


éco-tourisme,locavorisme,terroir,montagne,nature,ferme,camping,chambre d'hôte,coup de coeur,miel,tourisme durableActivités enfants bienvenus
Les agriculteurs de Bienvenue à la ferme vous proposent leurs activités de gîte et chambre d'hôtes, ferme auberge, produits de la ferme, camping, ferme de découverte, pédagogique, équestre, pêche, VTT, ski de fond, raquette…
Visites de ferme : Le Merlet ouvre ses portes aux visites (infos ici).


Label Tourisme durable - Ecotourisme
Le Merlet a signé la Charte européenne du Tourisme durable promulguée par l'Association Cévennes Écotourisme.

Infos
Email : lemerlet@wanadoo.fr. Tél : +33 (0)4 66 45 82 92. Fax : +33 (0)4 66 45 80 78. Tarifs sur le site.
Le site: www.lemerlet.com

PS. Merci à Del et Pat pour les photos, à Philippe et Christine pour cette trouvaille, qui réjouit la famille au grand complet. Et surtout, réservez-nous un gîte pour l'été prochain !

16
oct

Test snack : Hopdog ! Le hotdog belge bio

Avec les petits zouaves, 8 et 5 ans, nous avons testé le hopdog !

Il est belge, il est fait d'ingrédients venant de 300 km à la ronde ou moins (slow food exige et certains ingrédients sontbio) il est bon. Pas extraordinaire, mais bon.

Le Healty bio : une saucisse de poulet, des jets de luzerne, un pain aux céréales, une moutarde bio et une sauce carotte-gingembre. Une chouette façon de manger fast food et sain : un petit hopdog fait moins de 250 Kcal.

Son prix ? 2,95 € !

Kid's choices ?

Les kids ont préféré le Crispy barbecue (2,65) : pain blanc, une saucisse de poulet, sauce barbecue et oignons frits (comme au Danemark!). Enfin, pour les végétariens, on conseille le Veggie : pain fitness, saucisse de légumes, ketchup et moutarde bio, jets de légumes (2,85 €).

Le Spicy plait à Denis : pain blanc, saucisse de poulet, ketchup épicé, moutarde (petit 1,95, ou grand 3,50 €).

fastfood bio, slow food, locavorisme

fastfood bio, slow food, locavorismefastfood bio, slow food, locavorismeInfos:

Premier comptoir Hopdog : rue des fripiers 21, 1000 Bruxelles.
Boissons : 1,50-2 €. Desserts : 2-2,40 €.

Le site des deux entrepreneurs bien sympathiques qui ont lancé Hopdog : http://www.hopdog.be/fr/

En résumé :
fastfood bio,locavorisme,hotdog,nouveaufastfood bio,locavorisme,hotdog,nouveaufastfood bio,locavorisme,hotdog,nouveau

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

17:58 Écrit par V. N et D. B dans Belgique, Bio, Bruxelles, Resto | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fastfood bio, locavorisme, hotdog, nouveau

20
sep

Goûter Bruxelles avec les z'enfants aussi !

Goûter Bruxelles

  • C’est quoi ? C'est une semaine consacrée au Slow Food qui sensibilisera les bruxellois dans une foule d'endroits de la capitale du 19 au 25 septembre 2011.
  • C'est aussi une semaine pour (re)découvrir une ville verte et conviviale qu'il fait bon de parcourir en tous sens pour le plaisir des sens.
  • C'est un programme savoureux, des menus et des plats estampillés Slow Food dans plus de 71 restaurants.
  • C'est aussi des promenades gourmandes, des portes ouvertes chez des artisans et commerçants, des rencontres avec des producteurs, des dégustations, des conférences, des cours de cuisines...


slow food, locavorisme, écologie, nutritionUne piqûre de rappel: le Slow Food c'est quoi ?

 

  • C'est facile, c'est cuisiner bio, local, durable et sain.
  • C'est mettre en avant les produits « bons, propres et justes » et une économie locale qui rémunère les producteurs à la vraie valeur de leur travail.


Le thème de cette édition 2011 est "De la ferme à la table".


Nous, on va tout de suite visiter le site internet pour réserver une table "Karikol*" avec les z'enfants !et planifier une sortie fin de semaine (il va faire beau ;-))

www.gouterbruxelles.be

Pique-nique au parc en famille !

Ce dimanche 25 septembre 2011 dans le Parc de Bruxelles de 12h00 à 16h00, rendez-vous dans la partie du parc située côté rue Royale, près de l’aire de jeux pour enfants. Autres activités familiales: rencontrer des apiculteurs, cours de jardinage bio, découverte de l'atelier du chocolatier Laurent Gerbaud, cours de cuisine à base de produits bio et locaux à La Ferme Nos Pilifs... Il y en a pour tous les âges !

*Goûter Bruxelles est organisé par Karikol, le convivium Slow Food de Bruxelles et est basé sur les principes suivants

    * La convivialité , les plaisirs de la table et l’éducation au goût
    * La protection de l’environnement, la défense de la biodiversité et du patrimoine alimentaire
    * La création des liens entre producteurs et consommateurs

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

18:55 Écrit par V. N et D. B dans Activité, Belgique, Bruxelles, Gourmandises | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : karikol, slow food, locavorisme, écologie, nutrition

28
jui

Un week-end à Ault, Onival, Cise : falaises et Art Nouveau

Le charme des stations balnéaires Belle époque

Moins connues que Le Crotoy ou Saint-Valéry, Mers-les-Bains, Ault, Onival et Cise méritent qu'on s'y attarde. En bordure de mer, de grandes et belles villas témoignent d'une époque que l'on nomma Belle. Bain de mer,  promenade sur la plage de galets, le long des falaises, il n'en faut pas plus pour plaire aux marmots.

falaises,locavorisme,architecture,art nouveau,belle époque,ault,bois de cise,le crotoyUn petit resto pour locavorres

A midi grimpez la colline vers le petit bourg d'Onival, pour y admirer la vue sur la baie de Somme et déjeuner à l’Horizon, un petit resto d’Onival sympathique et authentique. Une adresse sans chichi, comme on les aime !

Le bois de Cise, un écrin de verdure 

L'après-midi, à quelques pas d'Onival, cap sur le bois de Cise, où Victor Hugo aimait se changer les idées et prendre l'air. Architecture Belle époque et vue du belvédère sur les falaises à couper le souffle ! Dire qu’il y a peu, personne ne voulait de ces manoirs en ruines isolés dans le bois de Cise… C’est la côte belge du début du 20e siècle, sans le béton ! Nous y avons passé trois heures avec les enfants, entre le bois de Cise et de Rompval. Une merveille pour les amateurs d'architecture du tournant du 19e siècle.

Florilège d'architecture art nouveau

Enfin, si vous aimez l'art nouveau, faites un saut à Mers-les-Bains, dont le front de mer est encore intact et coloré : les façades art nouveau toutes pimpantes rivalisent de charme, avec leurs balcons sculptés, leurs bow-window, leurs sgraffites et leurs ferroneries.

falaises,locavorisme,architecture,art nouveau,belle époque,ault,bois de cise,onivalfalaises,locavorisme,architecture,art nouveau,belle époque,ault,bois de cise,le crotoyNos bons plans :

Où loger à Onival ?  La Flibustière, un pub à bière et blues, des chambres avec vue sur mer. Pas cher.
Où manger local ? Déguster des fruits de mer et du poisson au restaurant L'horizon, pas cher non plus.
Où dormir au bois de Cise ? Hôtel Le Cise : plus chic.

Plus d'infos : Le site de l'office de tourisme: www.ot-ault.fr

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

11:18 Écrit par V. N et D. B dans Destination, France, Picardie, Somme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : falaises, locavorisme, architecture, art nouveau, belle époque, ault, bois de cise, le crotoy

17
mai

Produit du terroir de la Somme : l’agneau des prés salés

Promenez-vous dans le superbe estran de la Somme, entre les dunes et le littoral primitif, là où la mer entre dans les terres... Vous y serez surpris par le nombre de moutons. Inondées lors des grandes marées, les prés salés, appelés "mollières" en picard, accueillent les troupeaux d’agneaux. Leur viande a une saveur particulière, due à la flore maritime de ces grasses prairies (salicornes, lilas de mer…) plus salée que la moyenne et de haute qualité nutritive. Une belle couleur rouge, un grain très marqué et une saveur caractéristique.

gastronomie,terroir,produit artisanalgastronomie,terroir,produit artisanalgastronomie,terroir,produit artisanalOù les observer ?

Environ 3600 brebis et 2200 agneaux cohabitent dans les mollières de mars à décembre. L’été, les béliers sont lâchés parmi les troupeaux de brebis. L’agnelage se produit cinq mois plus tard.  L’abattage intervient vers six mois. Par leur pâturage, ces moutons contribuent activement à la conservation d’écosystèmes et participent au maintien de la qualité paysagère de la baie de Somme.

Appellation d’origine contrôlée

Selon une gestion rigoureuse des pâturages, la production d’agneau des prés salés est limitée et en fait un produit rare. L’agneau des prés salés est vendu sous le label « Estran ». Durée de pâturage en baie : minimum 75 jours.

En saison

Les « Prés-Salés de la Baie de Somme » sont commercialisés de juin à janvier chez les restaurateurs et bouchers adhérents à l’association.

gastronomie,terroir,produit artisanalOù en déguster ?

Au restaurant Les Tourelles, Le Crotoy (notre photo).

A la Clef des Champs, Favières.

Au Nicol's, Saint-Valéry-sur-Somme.

Dans nos assiettes !

Nos petits gourmands se régalent quand ils peuvent ronger les côtes d'agneau... Avec ou sans les doigts, c'est toujours fête ! Recette des Côtes d’agneau poêlées, marinades aux fruits de saison :

Pour 4 personnes :
8 belles côtes d’agneau
2 pommes
6 pruneaux
1 bâton de rhubarbe
2 cuill. à soupe de miel liquide
4 cuil. à soupe d’huile d’olive 1e pression à froid
1 gousse d’ail
Fleur de sel et poivre du moulin

Préparation

Dans une terrine, mélangez l’huile, le miel, la pomme coupée en dés, les pruneaux coupés en deux, des lamelles de rhubarbe, l’ail écrasé puis salez et poivrez.

Placez la viande dans cette marinade et retournez les morceaux et laissez reposer deux heures.
Sortez les morceaux d’agneau de la marinade en retirant l’excès de miel et faites cuire dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Faites tiédir le restant de la marinade et disposez-le au moment de servir sur l’assiette.

Chouettes accompagnements enfants bienvenus

Décorez avec des fleurs ou baies de saison : d’onagre, bourrache, baies d’argousier (orange, délicieux)…
Accompagnez de pommes de terre ou purée de vitelottes (les petits aiment leur couleur violette), des oreilles de cochon, une algue locale qui étonne petits et grands, délicieuse, saisie çà l'huile d'olive avec du citron...
 

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

11:44 Écrit par V. N et D. B dans Activité, Animaux, France, Gourmandises, Picardie, Somme, Sorties | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : locavorisme, gastronomie, terroir, produit artisanal

08
mai

Au Vélocipède : chambre d'hôtes à Saint-Valery

Ces chambres d'hôtes nous ont été recommandées par plusieurs familles d'amis, qui y sont retournés à plusieurs reprises. Cette maison est situé dans la ville haute de la très jolie Saint-Valery-sur-Somme, que nous adorons :

Au Vélocipède
1 rue du Puits Salé
Saint-Valery-sur-Somme

chambre d'hôtes,charme, locavorismeLe petit-déjeuner y est délicieux, comprend des produits frais et du terroir. les chambres sont décorées avec goût et simplicité. Dans une rue calme de la ville médiévale.

Sympa pour les locavores et les gastronomes :

Ce lieu est partenaire de l'Association Zéro Carbone, qui promeut la gastronomie locale et les produits de saison. On dit bravo !

Voici la vue sur la baie de Somme, à quelques pas de la chambre d'hôtes...

chambre d'hôtes,charme,locavorismeInfos :

Tarifs : de 75€ à 95€.  info@auvelocipede.fr ou +33 6 47 85 45 42. Le site.

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

08:14 Écrit par V. N et D. B dans France, Goûter, Hôtel, Picardie, Resto, Somme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chambre d'hôtes, charme, locavorisme

15
mar

Eduquer les enfants au goût ? 3 questions à S. H. Degeimbre

Interview du chef étoilé de L’Air du Temps

Notre restaurant préféré*, où nous projetons d’emmener un jour notre fils de 8 ans, éveillé au goût.

* On l’avoue sans rougir, on craque pour la combinaison inventive des aliments du terroir belge, la cuisson à basse température… L’art de sublimer et d’associer les saveurs de ce Chef belge d’origine coréenne nous fait « flotter de bonheur » et rêver longtemps après avoir goûté à sa cuisine sans esbroufe…
 
interview,chef,étoile michelin,moléculaire,goût
 Sang Hoon Degeimbre, comment les parents peuvent-ils transmettre la passion de la cuisine aux jeunes enfants ? Quels conseils donneriez-vous ?
Mon conseil : essayer d’être très ouvert, de faire goûter un maximum de choses aux enfants. Finalement, ils ont les barrières qu’on leur donne. Ce n’est pas aux parents de décider de ce qu’ils devraient aimer !

- Comment ça se passe chez vous, avec vos enfants ?
J’ai deux filles, une qui mange trop, l’autre pas grand chose. Mais elle goûte tout… Quelque part dans son cerveau, il y a des goûts qui s’emmagasinent. On ne s’effraie pas par rapport à ça, on espère qu’un jour ça évoluera.

2. Dans votre restaurant, vous utilisez des produits du terroir, des fruits et légumes de votre potager. Est-ce important dans la transmission de la culture gastronomique aux plus jeunes ?
Travailler avec les produits du terroir, c’est être respectueux : aller au marché, chercher les fruits et les légumes de saison. Dans un dialogue permanent et quotidien, on explique ces choix aux enfants.

- Êtes-vous un adepte du slow food ?
J’essaie de ne pas m’inscrire dans un effet de mode, mais plutôt dans l’aspect protection de la terre. Prôner la durabilité, utiliser moins d’énergie pour aller chercher des produits…

3. Si nous venons à l’Air du temps avec de jeunes enfants (entre 6 à 10 ans) comment ça se passe ?
Nous sommes ravis ! C'est arrivé plusieurs fois, on a eu des enfants qui venaient avec leurs parents à L’Air du temps. La démarche et l’apprentissage du gout se fait progressivement. S’ils ont une éducation orientée vers le goût, c’est d’autant plus facile ! On leur montrera en cuisine, comment ça se passe…

Que leur proposez-vous ? Un kiwitre ? Des petits-gris de Namur ? Des sucettes glacées au fromage ?
On leur fera goûter la même chose qu’à leurs parents, et on adaptera les quantités si nécessaires.


Lire aussi notre interview du Chef Degeimbre sur Skynet Lili, à l'occasion des Journées Chimie du PASS, où il animait un atelier avec des adolescents.

Autre article en relation : Les stages de cuisine pour enfants au Coq aux Champs.

Si vous aimez nos articles, merci de les partager
 Partager sur Facebook | | Pin it! |

12:18 Écrit par V. N et D. B dans Activité, Belgique, Gourmandises, Resto | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : interview, chef, étoile michelin, moléculaire, goût, slow food bio, locavorisme, bio